ILLÉGALE, LA PAUVRETÉ

La formule est originale. Elle vient de Riccardo Petrella, économiste et politologue de renommée mondiale, fondateur du Groupe de Lisbonne. Il faut, déclare-t-il, rendre illégale la possibilité qu’une minorité s’enrichisse indéfiniment au détriment du plus grande nombre. Voici pourtant que  la Réserve fédérale des Etats-Unis a octroyé 38000 milliards de dollars à une trentaine de banques et entreprises pour les sauver d’une crise économique qu’elles avaient elles-mêmes provoquée. D’autre part, on se dit incapable de trouver les 180 milliards$ sur dix ans dont on aurait besoin pour que tous les habitants de la planète  aient accès à l’eau potable, à une scolarisation primaire et à une alimentation qui atteigne les 2500 calories par jour. On pourrait le faire : ce qui manque, c’est la volonté politique.(Voir le Collectif La soupe aux cailloux,6 octobre 2011).

L’éminent économiste propose  de mettre hors la loi : 1) les lois qui participent à l’appauvrissement ou qui favorisent les inégalités ; 2) les institutions qui sont à l’origine de l’appauvrissement ; 3) les pratiques sociales qui permettent un enrichissement inégal.

Lois et pratiques sociales inégalitaires : les politiques fiscales qui privilégient les plus nantis, les échappatoires fiscaux, les mesures d’austérité qui frappent les plus démunis, le rétrécissement du filet social, des millions de familles qui ne peuvent combler des besoins de base tels qu’un logement décent, une alimentation adéquate, un système d’éducation de qualité au moins minimale, des  soins de santé accessibles à tous.  Et tout cela perdure alors qu’existent des ressources financières dont s’est emparée une petite minorité de privilégiés.

Un tel désordre économique et social est immoral. Petrella voudrait qu’on le déclare illégal. Sa  proposition est intéressante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *