POURQUOI PAS UN ILOT VERT ?

On débat del’avenir de l’ilot Irving, situé au cœur du quartier Saint-Jean–Baptiste, à Québec. On parle d’un projet de densification qui irait chercher dans les, six, huit ou neuf étages, on ne sait trop. Un monument de béton qui risque d’obstruer la vue et de diminuer la qualité de vie des citoyens résidant dans l’entourage. Pourquoi pas plutôt un espace vert, aéré, un mini-parc public dont pourront profiter des enfants, des parents, des ainés, des gens coincés dans des logements exigus? L’endroit se prête bien à un usage communautaire. La ville pourrait en négocier l’achat à un prix raisonnable. Ainsi deviendra possible une transformation urbaine qui accroîtra la qualité de vie. Ce qui ne dispensera pas de chercher une solution autre pour répondre en partie à la demande de logements sociaux que les promoteurs du projet actuel affirment vouloir satisfaire de façon résiduelle. Des espaces verts et des logements sociaux : deux objectifs qui se complètent bien. Il serait à l’honneur des propriétaires de l’ilot Irving d’en faciliter la réalisation. Ils mériteront que la ville leur érige un modeste mémorial qui témoigne de la reconnaissance publique. Surtout s’ils se contentent d’un prix d’aubaine pour la vente de l’ilot.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *